La folle histoire d'amour d'une journaliste et de "l'homme le plus détesté des Etats-Unis"

·2 min de lecture

Une journaliste américaine a quitté son mari et abandonné son travail pour vivre une histoire d’amour avoir Martin Shkreli, surnommé «l’homme le plus détesté des Etats-Unis».

Elle avait une vie rangée, un mari, un métier. Mais Christie Smythe a décidé de tout laisser derrière elle, pour vivre une histoire d’amour qu’elle assume aujourd’hui au grand jour. Cette ancienne journaliste spécialisée dans les faits divers criminels pour «Bloomberg News», a révélé dans un long article publié dans l’édition américaine de «ELLE», être en couple avec Martin Shkreli. Ce dernier a été surnommé «L’homme le plus détesté des Etats-Unis» pour avoir fait exploser le prix d’un médicament utilisé contre la malaria et par des patients séropositifs de 5000%. Avec son sourire narquois, cet entrepreneur est rapidement devenu l'incarnation du cynisme supposé de l'industrie pharmaceutique.

C’est pendant qu’elle suivait son procès pour fraude que Christie, 36 ans, est tombée sous le charme de l’homme de 37 ans, qui faisait les gros titres dans tous les médias. A l’époque, la journaliste vivait «la petite vie de Brookline parfaite» avec son époux. En 2015, deux ans avant que Martin Shkreli soit jugé, elle avait été informée par une source que cet homme qu’elle ne connaissait pas était sous le coup d’une enquête fédérale. Dès lors, elle avait suivi cette affaire pour «Bloomberg», si bien que Martin Shkreli lui-même a souhaité lui accorder une interview, après avoir, au début de son enquête, refusé de lui parler.

A lire :Martin Shkreli menace un membre du Wu-Tang Clan

La journaliste dit avoir à ce moment-là été marquée «par le sérieux» de cet homme et convaincue par sa défense. «Cela ne correspondait tout simplement pas à cette idée de fraudeur». Au fil des conversations et des rendez-vous professionnels, les deux ont commencé à noué un rapport amical, qui s’est peu à peu transformé en relation de confiance. «On aurait(...)


Lire la suite sur Paris Match