«A la fois fier et malheureux», François Hollande revient sur la difficile adoption de la loi Taubira

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le 23 avril 2013, le mariage homosexuel devient officiellement légal en France. Sous la présidence de François Hollande , la ministre de la Justice, Christiane Taubira , fait voter une loi autorisant l'union entre deux personnes de même sexe. Invité de Bruno Donnet et Stéphanie Loire dans "Tandem" sur Europe 1, l'ancien chef d'État revient sur l'adoption mouvementée de ce texte.

"J'en étais à la fois fier et, d'une certaine façon, un peu malheureux", commence-t-il. "Fier parce que c'était l'aboutissement d'un engagement que j'avais pris quand je me suis présenté devant les Français pour la campagne présidentielle de 2012. Fier parce que c'était la consécration d'une lutte de beaucoup d'associations, de femmes et d'hommes qui voulaient qu'il y ait enfin la reconnaissance du mariage".

"Des expressions tout à fait intolérables"

Mais l'ancien président n'a pas oublié les débats parfois houleux dans l'hémicycle autour de ce projet de loi. Il se remémore notamment certains propos "intolérables", tenus par une partie des opposants au mariage pour tous.

 

>> LIRE AUSSIÉtats-Unis : après le droit à l’avortement, le mariage homosexuel est-il en danger ?

"J'en étais malheureux parce que le débat que j'avais souhaité avait dégénéré dans la rue, qu'il y avait eu des cortèges et des cortèges de manifestations, d'abord de ceux qui y étaient hostiles et d'autres qui y étaient favorables. Il y avait eu dans le débat parlementaire des expressions tout à fait intolérables, des attaq...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles