Cette fois, c'est la bonne : le Brexit validé par le Parlement britannique pour le 31 janvier

Boris Johnson, ici avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyden, a réussi son pari : le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 janvier.

Normalement, le feuilleton devrait prendre fin le 31 janvier. Après plus de trois ans de tergiversations, de retournements de situations et de scrutins, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne se matérialisera dans quelques semaines. Les députés de la Chambre des communes ont en effet adopté le texte qui permettra le Brexit, à 330 voix contre 231, ce jeudi 9 janvier. Le texte, qui fixe un cadre juridique au Brexit, doit désormais être examiné par la Chambre des Lords la semaine prochaine puis validé par la reine - une formalité - avant d'être ratifié par le Parlement européen le 29 janvier.

La perspective d'une sortie négociée de l'UE des Britanniques avait été rendue quasiment certaine par le triomphe de Boris Johnson et des conservateurs aux élections générales le 12 décembre dernier : avec 365 sièges obtenus sur 650, les tories, qui avaient axé leur campagne sur la réalisation du Brexit après un énième report en catastrophe fin octobre, ont remporté une très large victoire et permis à leur chef de file de réussir là où Theresa May avait échoué. C'est en effet l'accord négocié par Boris Johnson avec l'Union européenne et conclu le 17 octobre 2019 qui sera mis en œuvre le 31 janvier. Il prévoit notamment un accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et l'UE, ainsi que la mise en place d'un filet de sécurité ("backstop") permettant d'éviter le rétablissement de la frontière entre l'Irlande du Nord et l'Irlande. Le processus aura été long, très long : mais, 1.317 jours après le référendum du 23 juin 2016 lors duquel le Brexit a remporté la majorité des suffrages, la volonté souveraine du peuple britannique sera respectée. Le 31 janvier, à 23 heures à Londres, le Royaume-Uni

Lire la suite