Le FN n'a (presque) "rien à voir" avec Logan Alexandre Nisin

Geoffroy Clavel
Des membres du groupuscule d'ultra-droite

POLITIQUE - Le Front national a écarté tout lien avec les personnes mises en cause. Dix individus de 17 à 25 ans, gravitant dans les cercles de l'ultra droite, ont été arrêtés mardi dans une enquête portant sur un projet d'attentat visant notamment des hommes politiques et des mosquées. L'initiateur présumé, Logan Alexandre Nisin, a lui été arrêté dès le mois de juin après avoir exprimé sur internet sa volonté de passer à l'action contre les "blacks", "racailles", "jihadistes" et "migrants".

Un projet terroriste condamné par le parti de Marine Le Pen par la voix de son vice-président Nicolas Bay. "Ce sont manifestement des groupuscules avec lesquels nous n'avons rien à voir", a opposé l'eurodéputé sur LCI. Avant de condamner les projets meurtriers attribués aux personnes interpellées. "Oui bien sûr. Il faut laisser l'enquête se mener, mais nous sommes opposés à toute forme de violence d'où qu'elle vienne", a-t-il répondu avant d'ajouter: "Moi, je fais le constat quand même que l'ensemble des actes terroristes qui ont frappé la France ces dernières années viennent tous de la mouvance islamiste".

Un bref passage par la case FN

Dans une enquête particulièrement fouillée, le journal Le Monde a retracé l'itinéraire tortueux de Logan Alexandre Nisin, jeune "natio" de 21 ans ayant grandi à Vitrolles et passé par divers groupuscules d'extrême droite: les Jeunesses nationalistes (dissoute après la mort de Clément Méric), le Mouvement populaire nouvelle aurore (MPNA), faction pétainiste inspirée du parti néo-nazi grec Aube dorée, puis l'Action française monarchiste et catholique.

Ce n'est que sur le tard que Logan Alexandre Nisin va brièvement militer au Front national dans les Bouches-du-Rhône. A en croire les informations du Monde, en mars 2017, un cadre frontiste aurait tenté de le débaucher en lui promettant de diriger la section locale du Front national de la jeunesse. S'il refuse le poste, le jeune "natio" accepte de militer pour Marine Le Pen durant la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages