Quand le FN entend un slogan anti-"flics", il le transforme en slogan raciste

Pierre Tremblay
Quand le FN entend un slogan anti-"flics", il le transforme en slogan raciste

POLITIQUE - Une curieuse polémique. Ce dimanche 16 avril, une vidéo enregistrée durant la manifestation contre le meeting de Marine Le Pen -prévu lundi à Paris- a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. Sur les images filmées dans le 19e arrondissement de la capitale, le cortège entonne un slogan retranscrit comme étant "Juifs, voleurs, assassins" par certaines personnes sur Twitter.

Des cadres du Front national, comme Gilbert Collard ou Jordan Bardella, président du "Collectif banlieues", ont aussitôt récupéré ce supposé slogan pour dénoncer les opposants qui marchaient contre le rassemblement de leur parti.

Mais comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article, les manifestants entonnaient toute autre chose. Il s'agit en réalité des mots "flics, violeurs, assassins", une formule ressassée depuis des mois dans les rassemblements contre les violences policières. Le terme "violeur" fait d'ailleurs référence à l'affaire du jeune Theo, victime présumée d'un viol avec une matraque au cours d'une violente interpellation à Aulnay-sous-Bois, en février. On peut également lire le slogan sur cette photo publiée par un journaliste de Libération et apparemment prise lors d'un rassemblement place de la Comédie à Montpellier.

En février, le slogan avait aussi été enregistré lors d'une autre manifestation contre les violences policières à Nice et correctement retranscrit par... un élu frontiste. Dans un tweet, Philippe Vardon, conseiller régional FN en Provence-Alpes-Côte d'Azur, qualifiait lui-même de "honteux" le slogan "flics, violeurs, assassins".

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages