FN: quand les enquêteurs fouillent l'emploi du temps des assistants de députés européens

Le logo du Front National sur l'écran d'une tablette le 13 octobre 2016 à Paris

Paris (AFP) - Des assistants d'eurodéputés FN recensés quasi-quotidiennement au siège du FN, une badgeuse qui livre des indices: la justice a relevé plusieurs cas litigieux dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen qui vise le parti frontiste.

- Catherine Griset, cheffe de cabinet de Marine Le Pen

Vieille amie de Marine Le Pen et sa collaboratrice depuis les années 90, Catherine Griset est devenue l'assistante parlementaire de Marine Le Pen après son élection au Parlement européen en 2009. Son statut d'"assistante accréditée" impose sa présence sur place. Or, dans son rapport, l'Office anti-fraude de l'UE (Olaf) note que d'après "l'historique des contrôles d'accès", Catherine Griset n'aurait passé que 740 minutes au Parlement européen, entre septembre 2014 et août 2015. Les enquêteurs de l'Office anticorruption de la PJ (Oclciff) ont fait le même travail avec la badgeuse du siège du FN à Nanterre. Entre février 2015 et février 2016, et à l'exception du mois d'août, Catherine Griset y était quotidiennement, révèle une source proche du dossier. Le 22 février, elle a été mise en examen pour recel d'abus de confiance. Six eurodéputés du FN dont Marine Le Pen font l'objet de procédures du parlement européen pour recouvrer des salaires de leurs assistants qu'il estime indûment perçus pour un total de 1,1 million d'euros. Pour le cas de Catherine Griset, il veut notamment recouvrer près de 300.000 euros d'indemnités, entre 2010 et 2016.

- Charles Hourcade, un graphiste rémunéré comme assistant?

Charles Hourcade, 42 ans, a été mis en examen pour recel d'abus de confiance le 6 mars. Après les élections européennes, il devient le 1er septembre 2014 assistant parlementaire "local" - c'est-à-dire qu'il peut exercer en France - de l'eurodéputée Marie-Christine Boutonnet. Or dans le même temps, il est présenté comme graphiste dans l'organigramme du FN.

Selon une source proche du dossier, une expertise de son matériel informatique saisi à son domicile et au siège du FN ne fait apparaître qu'un échange courriel entre l'assistant et son eurodéputée entre août 2014 et mars 2015.

- Thierry Légier, garde du corps de Marine Le Pen

Thierry Légier, 51 ans, a été embauché comme assistant local de Marine Le Pen fin 2011 pour deux mois alors qu'il est le garde du corps attitré de la présidente du FN. Or ce métier qu'il exerce depuis 25 ans suppose selon lui une proximité qui n'est "pas remplaçable" a-t-il expliqué le 22 février lors de sa garde à vue devant les enquêteurs de l'Office anticorruption, avant de garder le silence, selon une source proche du dossier. Un responsable du Parlement européen a expliqué aux enquêteurs que la prise en charge des fonctions de garde du corps n'entrait pas dans la liste des dépenses autorisées, selon cette même source.

Pour l'emploi de Thierry Légier, le parlement veut demander 41.500 euros.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages