FMI : le somptueux pot de départ de Dame Christine Lagarde et de ses courtisans

Christine Lagarde et son époux Xavier Giocanti, en novembre 2018.

Grâce à Paris Match, on n’ignore rien du modeste pot d’adieu auquel a eu droit Christine Lagarde au siège du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, le 28 septembre. Le lendemain, elle partait prendre la direction de la Banque centrale européenne (BCE), installée à Francfort, siège du vrai pouvoir monétaire de l’Europe allemande.

Du beau monde au chevet de la reine Christine

Ce jour-là, l’ex-ministre de l’Economie de Nicolas Sarkozy, aujourd'hui adoubée par Emmanuel Macron, est arrivée en robe Chanel, entourée de sa grande famille, pour participer à ce que Paris Match appelle « un adieu festif et chaleureux ». Au menu, il n’y avait pas que des chips et du soda, vu qu’il s’agissait d’accueillir le tout-Washington des affaires et le petit monde de l’élite politique mondialisée. Ce ne sont pas des gens à qui on propose une petite collation sur un coin de table. On n’est pas au Secours populaire.

Lire aussi "Au plan idéologique, Christine Lagarde risque paradoxalement de germaniser la BCE"

Quelque 250 invités en tenue de gala ont été conviés à venir saluer la reine Christine. Parmi les invités, il y avait Ivanka Trump, la fille de qui vous savez, accompagnée de monsieur ; le milliardaire Lakshmi Mittal, boss du groupe éponyme, connu pour avoir contribué à mettre la sidérurgie lorraine sur le carreau ; David Rubenstein, fondateur du fonds d’investissement Carlyle, l’un des plus puissants au monde, historiquement lié à la CIA et qui a compté les deux Bush (le père et le fils) parmi ses responsables ; et même Bono, leader de U2, venu saluer celle qu’il considère comme «


Lire la suite