FMI: l'horizon s'assombrit pour l'économie mondiale

Ce n'est pas encore l'hiver, mais ce n'est déjà plus le printemps. Pour l'économie mondiale, le paysage s'assombrit selon le FMI qui note que les risques qu'il anticipait en avril dernier ont commencé à se concrétiser.

Le monde ne s'est pas encore remis de la pandémie de Covid-19 et affronte désormais de multiples chocs. Guerre en Ukraine, inflation généralisée, remontée brutale des taux d'intérêts... Tout cela pèse sur la croissance.

Celle des États-Unis, première puissance économique de la planète, est abaissée de 1,4 points pour 2022, et devrait s'établir à 2,3%.

Celle de la Chine baisse de 1,1% pour atteindre 3,3%, soit son plus mauvais résultat en quatre décennies.

L'Europe s'en tire un peu mieux, mais la crise gazière pourrait affecter davantage le vieux continent cet hiver. En revanche, l'Afrique sub-saharienne se maintient. Les prévisions y sont inchangées.

L'Afrique tire son épingle du jeu

Productrice de pétrole et de gaz, l'Afrique tire profit de la flambée des cours mondiaux. Les disparités entre pays africains s'accroissent à mesure que les perspectives économiques mondiales s'assombrissent. Ceux qui s'en tirent le mieux sont les producteurs de matières premières comme le Nigeria qui verra sa croissance se maintenir au-dessus de 3,2% cette année et l'an prochain, ou l'Afrique du Sud, qui voit même sa situation s'améliorer.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles