Le FMI appelle la France à arrêter le «quoi qu'il en coûte» en 2023

© MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

"Il est temps d'arrêter le 'quoi qu'il en coûte '" : après avoir déboursé des milliards pour soulager les entreprises et les ménages de la crise énergétique, la France doit commencer dès l'an prochain à assainir ses finances, a recommandé lundi le Fonds monétaire international (FMI). "Nous avons soutenu le quoi qu'il en coûte, mais il est temps" d'y mettre un terme, a estimé lors d'une conférence de presse Jeffrey Franks, chef de mission du FMI pour la France. À travers le gel des prix de l'électricité et du gaz, des chèques énergétiques, des remises sur les prix du carburants, un soutien aux entreprises… la France a multiplié les dépenses depuis un an, évaluées par le FMI à plus de 2% de son PIB.

 

>> LIRE AUSSI - Le "Quoi qu'il en coûte" a un an : comment en sortir ?

Des finances déjà très dégradées avec la pandémie

Les initiatives du gouvernement ont permis de contenir le taux d'inflation "deux à trois points" en dessous du niveau qu'il aurait atteint sans mesures d'aide, a salué Jeffrey Franks. "La France a le niveau d'inflation le plus faible en Europe grâce au bouclier tarifaire", lui a fait écho le ministre de l'Économie Bruno Le Maire dans une réaction transmise à l'AFP.

Mais ces dépenses exceptionnelles ont aussi pesé sur des finances publiques déjà très dégradées par la pandémie de Covid-19 durant laquelle le gouvernement a notamment financé le chômage partiel et les fermetures de commerces au titre du quoi qu'il en coûte. Après ces deux crises et au moment ...


Lire la suite sur Europe1