Une flottille de satellites avec une résolution de 30 cm pour « capturer des événements rapides et émergents de manière très détaillée »

Le conflit en Ukraine et les différentes catastrophes naturelles qui touchent la Terre ont montré tout l’intérêt et l’utilité des constellations privées d’observation de la Terre. Planet, un des acteurs majeurs de l’imagerie et la donnée satellitaire, a dévoilé une nouvelle constellation qui devrait être mise en service dans le courant de l’année prochaine.

Pelican, c’est son nom, a été conçue pour capturer rapidement les changements au fur et à mesure qu'ils se déroulent avec une résolution de seulement 30 centimètres, une fréquence de revisite et une résolution spatiale plus élevées que l’actuelle constellation. L’accès comme la livraison des images et des données sera aussi plus rapide. Nous donnons la parole à Robbie Schingler, cofondateur de Planet et directeur de la stratégie.

Futura : Avec le conflit en Ukraine, Planet a-t-elle identifié de nouveaux besoins pour l’observation de la Terre ?

Robbie Schingler : la constellation Pelican a été annoncée bien avant le conflit en Ukraine, mais la guerre a certainement souligné la criticité des données satellitaires mondiales quotidiennes. Ces données agissent comme un « œil aveugle », et donnent au monde l'accès à ce qui n'était autrefois détenu que par les gouvernements, favorisant ainsi une plus grande sécurité et une plus grande responsabilité au niveau mondial.

Futura : Vous annoncez 12 possibilités de revisite par jour : faut-il comprendre 12 passages au-dessus du même point ?

Robbie Schingler : Oui, et jusqu'à 30 possibilités par jour aux latitudes moyennes. Cette fréquence élevée de revisite sera possible grâce aux 32 satellites qui composeront la constellation Pelican.

Inondations monstres au Pakistan où le fleuve Kaboul est sorti de son lit, comme le révèle l'image satellitaire acquise par Planet. © Planet Labs PBC.
Inondations monstres au Pakistan où le fleuve Kaboul est sorti de son lit, comme le révèle l'image satellitaire acquise par Planet. © Planet Labs PBC.

Futura : Comment se situera Pelican par rapport à la concurrence (Maxar ou Pléiades Neo d’Airbus) ?

Robbie Schingler : Les constellations interopérables et les produits analytiques de Planet nous...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura