En Floride, les médecins ne pourront plus aider les adolescents à changer de genre

© Reginald Mathalone / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Le conseil médical de Floride a voté ce vendredi que les personnes âgées de moins de 18 ans ne pourront plus bénéficier d'interventions médicales visant à changer de genre dans l'Etat. Cette nouvelle décision ne s'appliquera pas aux patients qui ont déjà commencé leur transition ou un traitement contre la dysphorie de genre.

Dans quelques semaines, les personnes âgées de moins de 18 ans de Floride ne pourront plus bénéficier d'interventions médicales visant à changer de genre après une décision votée vendredi par le conseil médical de cet Etat américain, ont rapporté plusieurs médias locaux. La mesure, qui a recueilli six voix en sa faveur et trois contre, empêchera les médecins de cet Etat de pratiquer des opérations chirurgicales sur les mineurs et de leur prescrire des médicaments, notamment ceux bloquant la puberté, dans le cadre d'un parcours de transition de genre, selon le New York Times.

Ces traitements sont notamment utilisés pour lutter contre la dysphorie de genre : des troubles psychiques que peuvent ressentir les personnes dont l'identité biologique diffère de l'identité de genre. Cette nouvelle décision ne s'appliquera pas aux patients qui ont déjà commencé l'un de ces traitements.

"Castration chimique"

La mesure a été prise par le conseil médical de l'Etat de Floride, qui coordonne les professionnels de santé à l'intérieur du territoire, et dont les 14 membres ont été nommés par le gouverneur républicain Ron DeSantis, candidat à sa réélection. Cette figure de proue des conservateurs américains critique depuis des mois les traitements administrés aux adolescents dans le cadre de transitions de genre.

Lors d'un débat télévisé organisé la semaine dernière contre son rival démocrate Charlie Crist, Ron DeSantis a affirmé qu'"une grande partie des cas de dysphorie (de genre) se résolvaie...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Béatrice Denaes : “J’ai annoncé ma transidentité à ma femme et elle m’a répondu : ‘Qu’est-ce qu’on va devenir ?’”