Florent Manaudou : "J'ai vraiment envie d'être à Paris 2024. Il faudra voir si la tête suit"

·1 min de lecture

Florent Manaudou va replonger en fin de semaine, au meeting international de Nice. La première course du champion olympique 2012 du 50 mètres depuis la finale de l'International swimming league (ISL), fin novembre. De passage à Paris, le sprinteur de 30 ans s'est longuement confié pour détailler son plan de bataille. Il a aussi été question de handball, pratiqué pendant une parenthèse de deux ans et demi (septembre 2016 - mars 2019).

A chaque semaine sa rumeur de report ou d'annulation des JO. Suivez-vous l'actualité de près?
C'est dur de couper. Sans suivre au quotidien, je lis les articles qu'on m'envoie, ça fait partie du job. J'ai vécu à l'ISL une compétition sous cloche. Ce n'était pas très agréable, mais on a pu pratiquer notre sport. Depuis, j'arrive à imaginer Tokyo à huis clos. Ce sera forcément moins drôle qu'à Londres ou à Rio, mais on fait avec les conditions du moment. Je me dis juste que ce serait dommage de finir là-dessus car les Jeux, c'est une fête. Cet été, le spectacle ne sera que télévisuel.

Vous arrivez à mettre de l'intensité à l'entraînement?
Oui, j'y vais à fond. D'autant que les changements apportés à ma préparation me stimulent : je ne fais plus d'allers-retours entre la Turquie et Marseille, j'ai choisi de m'installer à plein temps dans cette ville où j'ai mes amis, mon appartement. Au Cercle des nageurs, je suis chez moi. En Turquie, entre Erdogan et le Covid, ça devenait trop compliqué. Donc l'intensité de la préparation ne m'inquiète pas.

"

S'ent...


Lire la suite sur LeJDD