Florence Parly présente au Mali dans un contexte tendu avec les militaires

·1 min de lecture
La ministre française des Armées Florence Parly est arrivée dimanche au Mali afin de dissuader la junte militaire au pouvoir de conclure un accord de sécurité avec des mercenaires russes et de faire pression pour l'organisation d'élections démocratiques en février prochain.
La ministre française des Armées Florence Parly est arrivée dimanche au Mali afin de dissuader la junte militaire au pouvoir de conclure un accord de sécurité avec des mercenaires russes et de faire pression pour l'organisation d'élections démocratiques en février prochain.

La ministre française des Armées Florence Parly est lundi 20 septembre au Mali, où le gouvernement de transition dominé par les militaires envisage de s'adjoindre les services de la société paramilitaire russe Wagner, au prix de tensions avec Paris, qui réduit sa présence militaire dans le pays. « Mon objectif est de parvenir à clarifier la position des autorités maliennes et de réitérer des messages », a expliqué la membre du gouvernement avant de rencontrer lundi son homologue malien, le colonel Sadio Camara. « On ne va pas pouvoir cohabiter avec des mercenaires », a-t-elle prévenu.

Un recours à Wagner pour former les forces armées maliennes et assurer la protection des dirigeants serait « incompatible » avec le maintien au Mali des troupes françaises, qui combattent depuis huit ans les jihadistes au Sahel, avait déjà prévenu mardi le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian. La sulfureuse société privée russe, soupçonnée d'appartenir à un homme d'affaires proche du Kremlin, Evguéni Prigojine, a déjà conclu en 2018 un contrat avec la République centrafricaine, où elle est accusée d'exactions et de pillage des ressources minières et douanières.

Mais le gouvernement malien a rétorqué dimanche dans un communiqué qu'il ne permettrait « à aucun État de faire des choix à sa place et encore moins de décider quels partenaires il peut solliciter ou pas ». « Il y des partenaires qui ont décidé de quitter le Mali pour se replier sur d'autres pays, il y a d [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles