Florence Cassez : elle est libre

Elle était derrière les barreaux depuis sept ans. Et a toujours clamé son innocence. Ce soir, Florence Cassez, la Française de 38 ans condamnée à 60 ans de prison en 2009 pour enlèvements, voit son cauchemar se terminer.

Ce mercredi, à 20h45 (heure française), les cinq juges de la Cour suprême du Mexique se sont prononcés sur l'annulation de la peine de la jeune femme. Après avoir statué à huis-clos, les juges ont pris la parole devant le public rentré dans la salle d'audience vers 19h20. Et se sont exprimés sur la proposition de la juge Olga Sánchez, à savoir une annulation de la condamnation avec renvoi devant la Cour d'appel. Après une discussion très technique, et pas mal de désaccords, ils ont ordonné la libération immédiate de Florence Cassez dans les plus brefs délais et ont décidé un renvoi en appel de l'affaire." On pleure de joie "En fin d'après-midi, Florence Cassez confiait à son avocat être " angoissée ". C'est en compagnie de son père, Bernard Cassez, dans la salle des visites de la prison de Tepepan, qu'elle a attendu l'appel de Me Franck Berton. Mais a refusé de regarder la télévision. Pour la jeune femme, qui avait annoncé qu'elle couperait ses cheveux le jour où elle sortirait, c'est un véritable coup de théàtre.

A Paris, où elle suivait en direct l'audience à la télévision mexicaine, Charlotte Cassez, la mère de la jeune femme, avait déclaré sur i>Télé peu avant l'audience : " On veut croire que cette fois-ci, c'est la bonne ". Entourée de Jean-Luc Romero, le président du comité de soutien, Valérie Trierweiler et de nombreuses autres personnalités, dans un café du 12ème arrondissement, la nouvelle a été accueillie avec beaucoup de joie. Romero twittant : " on pleure de joie avec Charlotte ".

Retrouvez cet article sur elle.fr

Florence Cassez : nouvel espoir de libération ?
Florence Cassez : vers une possible libération ?
Florence Cassez : l'affaire réexaminée le 23 janvier
Florence Cassez : les dates clés

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.