Publicité

La flore est incroyable : cette plante carnivore peut détecter les incendies

Mark Freeth pour Pxhere

C’est le genre de plantes que les enfants adorent. Le jeu consiste souvent à glisser son doigt entre les deux fentes et de le retirer avant qu’elle ne ferme sa “gueule”. Au-delà d’amuser les plus petits, les plantes carnivores sont très pratiques car elles attrapent tous les insectes qui passent près d’elles.

Récemment, des chercheurs ont découvert un autre superpouvoir chez l’une des espèces appelée dionée (Dionaea muscipula) : celui de détecter et d’anticiper les incendies, rapporte The Guardian.

Surnommée l'attrape-mouche de Vénus, cette plante est particulièrement inflammable, elle a dû donc s’adapter aux incendies. Sa “bouche” qui fait office de piège à insectes est équipée de poils sensoriels sensibles au toucher mais aussi à la chaleur.

Dans l’étude publiée le mois dernier dans la revue Current Biology, le professeur Rainer Hedrich et le Dr Shouguang Huang, biophysiciens de l'Université Julius-Maximilians (JMU) de Würzburg en Bavière, en Allemagne, a voulu savoir comment la plante agissait face aux feux, indique le magazine Earth. "Pour découvrir comment se comporte le piège à mouches lors de la combustion d'une couverture d'herbe sèche, nous avons transplanté des plantes avec des pièges ouverts de la serre au champ ouvert du jardin botanique JMU et les avons recouvertes de foin", a-t-il expliqué. "Ensuite, nous avons mis le feu au foin à une extrémité et l'avons forcé à se propager à l'autre extrémité avec un ventilateur."

Résultat de l’expérience : toutes ont scellé leurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les "gravières", des carrières accusées de mettre en danger les nappes phréatiques
Les "électrolyseurs", essentiels à l'hydrogène bas carbone, en majorité entre les mains de la Chine ?
Vie extraterrestre : des scientifiques testent toutes les recettes chimiques possibles pour sa naissance
La "peau de l’océan", une fine pellicule d'eau qui influence le climat
Ce site classé au patrimoine mondial de l'Unesco est menacé par le changement climatique