Florange : la nationalisation envisagée sous Sarkozy

L'ancien ministre des Finances Thierry Breton a affirmé samedi 8 décembre que François Baroin, qui a occupé les mêmes fonctions à Bercy, avait réfléchi à "une nationalisation partielle" du site de Florange juste avant l'élection présidentielle, à la demande de Nicolas Sarkozy.

"Quelques mois avant les présidentielles, François Baroin, à la demande de Nicolas Sarkozy, a clairement fait réfléchir sa direction du Trésor à une nationalisation partielle du site élargi de Florange", a déclaré sur Europe 1 Thierry Breton.

L'actuel patron de la société française Atos, qui se trouvait à Bercy quand Mittal a lancé son OPA hostile sur Arcelor en 2006, a précisé que François Baroin l'avait "autorisé" à parler de cette réflexion lancée par le gouvernement précédent.

Selon Thierry Breton, lorsque l'Etat "voit une entreprise sur son territoire, qui emploie 20.000 personnes (...) et qui est reléguée en catégorie hautement spéculative, il est fondé, en dernier recours et sur un périmètre viable (...) à se donner du temps et à nationaliser de façon partielle".

Point chaud de la campagne présidentielle 2012

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a écarté il y a une semaine la nationalisation du site de Florange, comme le préconisait son ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui avait rencontré auparavant Thierry Breton pour parler de cette possibilité.

"Dans les propos que nous avons échangés, j'ai rappelé tout simplement que la nationalisation fait partie de notre arsenal juridique et que, finalement, d'autres pays l'utilisent", a déclaré l'ancien ministre des (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Florange : la nationalisation envisagée sous Sarkozy
Dans un communiqué, ArcelorMittal promet qu'il tiendra ses engagements
Florange : l'aile gauche du PS en faveur de la nationalisation
Florange : le gouvernement sommé de rendre des comptes
Florange : une débâcle pour le gouvernement, juge la presse
Florange : "Les engagements pris seront tenus", assure Hollande
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.