Fleuve AmourLe jeu en eau rouble de Pékin

Libération.fr

A Blagovechtchensk, ville russe frontalière avec la Chine, le quota de travailleurs étrangers a été réduit et les infrastructures destinées à sceller l’amitié des deux pays sans cesse repoussées, signe que Moscou craint de se faire grignoter par son voisin.

La grande roue a été érigée dans l’alignement de la rue du Cinquantième-Anniversaire d’Octobre. Depuis l’hôtel Asie, on la croirait située dans la ville russe de Blagovechtchensk. En descendant cette rue prisée par les joailliers, on découvre que l’attraction est en réalité de l’autre côté du fleuve, en Chine, à 800 mètres : quand il fait nuit, les illuminations de la ville de Heihe se reflètent même dans l’Amour. «Les Chinois construisent beaucoup le long de leur rive, ils cherchent à nous impressionner !» s’amuse Olga Kukharenko, une Russe professeure de français à l’Université pédagogique d’Etat. La grande roue n’a jamais fonctionné, et personne ne sait vraiment pourquoi. Par ailleurs, un centre commercial rutilant rehaussé par une enseigne en cyrillique est récemment sorti de terre. «Il y en a un autre juste à côté, du coup celui-ci est quasiment vide», relève Olga Kukharenko. Le bateau des gardes-frontières stationne jour et nuit dans une eau sans courant. Une oreille attentive peut percevoir les cadences sourdes venant de la ville chinoise de Heihe. Sur son socle, Nikolaï Mouraviov-Amourski garde un œil fier sur son puissant voisin. Ce diplomate russe fut l’artisan du traité d’Aigun signé en 1858. Favorable à l’Empire russe, le texte reconnaissait le fleuve Amour - ou «fleuve du Dragon noir» - comme frontière physique avec la Chine.

Blagovechtchensk, 225 000 habitants, n’est pas cette ville morose de province russe que l’on pourrait imaginer. Sa situation géographique privilégiée lui confère un charme certain. Fermé à l’époque soviétique, puis éprouvé par le dérèglement des années 90, Blagovechtchensk semble aujourd’hui échapper à la dépression qui touche un certain nombre de villes du pays. «La région de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Spirale de la violence au Venezuela: 20 morts en trois semaines
A Rome, un dessin inédit de Michel-Ange exposé au public
Venezuela : la stratégie de l’épuisement
Plus de 50 soldats afghans tués dans l’attaque de leur base
Le Venezuela au bord de l'explosion

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages