La fleuriste des Mureaux vise le titre de meilleure ouvrière du monde

Virginie Wéber
Les Mureaux. Sous le maillot de l’équipe de France, Nolwenn Pittet participe à la WorldSkills International, véritables Jeux olympiques des métiers, dans la section art floral

A seulement 22 ans, Nolwenn Pittet va représenter la France aux olympiades internationales des métiers, qui débutent ce samedi aux Emirats arabes unis.


Elle est déjà championne de France des fleuristes, et là, c’est son « rêve de petite fille » que Nolwenn Pittet s’apprête à vivre. A seulement 22 ans, cette habitante des Mureaux participe sous les couleurs de l’équipe de France au WorldSkills International, véritables Jeux olympiques des métiers, qui débutent ce samedi à Abu Dabi (Emirats Arabes Unis). Cette compétition regroupe les meilleurs ouvriers de 62 pays (voir en encadré). La jeune femme va tenter de s’illustrer dans la section art floral, avec l’espoir de décrocher la médaille d’or à l’issue des cinq jours de compétition qui la verront affronter 19 adversaires issus d’autant de pays différents.

« Cela se joue à la fois sur des critères subjectifs, l’esthétique et l’harmonie des couleurs, et sur des points très techniques », indique Nolwenn Pittet. La victoire en ligne de mire, la compétitrice bénéficie d’un encadrement complet au même titre que tous les membres de l’équipe de France des métiers : des experts techniques, un coaching sportif ainsi qu’une préparation mentale. Une équipe pareille à « une famille ». « On s’entraide tous les uns et les autres. Quand je vais voir le charpentier, il me donne des conseils pour façonner les structures en bois sur lesquels reposent mes compositions », explique la fleuriste. Il faut dire que la WorldSkills s’annonce ardue. Durant cinq jours, les participants vont façonner leur œuvre à raison de 10 heures quotidiennes, une cadence qui met leur concentration à rude épreuve.

Nolwenn Pittet a gagné le droit de représenter les fleuristes de l’Hexagone en remportant les finales nationales en mars dernier. La concrétisation de six ans d’un travail intense. « C’est une vraie passion. Je me lève à 3 heures du matin pour aller chercher des fleurs à Rungis, créer des bouquets et m’occuper de la boutique », détaille cette jeune chef (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Maisons-Laffitte : les piétons remis dans les clous
Ile-de-France : les offices HLM se mobilisent contre la baisse des loyers
Montigny-le-Bretonneux : leur bateau pourrait concourir aux Jeux de 2024
Sartrouville : ils dérobent 300 m de câbles en cuivre
Coignières : le restaurateur exhibe un pistolet pour une querelle de stationnement

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages