Flee (Arte) - Récit d'un un jeune homosexuel contraint de fuir l'Afghanistan...

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

«J’ai toujours eu tendance à être un peu différent…» Cette phrase, que prononce Amin au début du film (un documentaire d’animation en 2D, signé du réalisateur danois Jonas Poher Rasmussen), prend tout son sens au fur et à mesure que l’on découvre le destin de cet homme. Amin n’est pas son vrai prénom, mais une identité d’emprunt, qui a permis de préserver son anonymat. Son «personnage», créé en images d’animation, se confie à Jonas Poher Rasmussen et raconte sa trajectoire : celle d’un jeune adolescent afghan, qui écoute avec insouciance les chansons d’A-ha sur son Walkman, découvre son homosexualité, à Kaboul, dans les années 80, et se retrouve contraint de fuir, avec sa famille, lorsque les Talibans accèdent au pouvoir.

À lire également

Nadia, de l’ombre à la lumière (Canal+) : de réfugiée afghane à star internationale du football

Doublé en français par le comédien Kyan Khojandi (dont le père, iranien, a dû aussi fuir son pays), Amin évoque les épreuves traversées : l’arrivée à Moscou, en pleine chute du communisme, l’interminable attente dans un pays qui ne veut pas d’eux, son éveil à la sexualité en découvrant les films (musclés) de Jean-Claude Van Damme, ou encore son entrée au Danemark comme réfugié, au ... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles