Flashback - Valérie Trierweiler face à la liaison de François Hollande et Julie Gayet : cris, pilules et hospitalisation...

·1 min de lecture

Tout le monde se souvient du 9 janvier 2014, jour durant lequel Closer annonce que François Hollande entretient une relation amoureuse avec Julie Gayet. La nouvelle fait l’effet d’une bombe et Valérie Trierweiler a été hospitalisée le lendemain, à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, à Paris. Son entourage assurait qu’elle avait besoin de "prendre du repos et subir quelques examens". Il était également précisé que sa tension nerveuse était l’une des raisons de sa "fatigue extrême".

Toutefois, il a été révélé que l’ancienne Première dame avait pris des cachets et fait un malaise. Le Point déclarait alors que Valérie Trierweiler n’avait pas "voulu se suicider", mais qu’elle "voulait juste dormir" afin d’échapper à la réalité, après une violente dispute avec son compagnon. C’est en se réveillant avec des nausées qu’elle a été conduite au sein de l’hôpital parisien et qu’on lui a administré une "dose astronomique de tranquillisants". L’ancien président de la République n’a pour sa part pas pu lui rendre visite pendant cinq jours, à la demande des médecins. Au final, elle restera huit jours sur place afin de reprendre du poil de la bête. Elle a ensuite passé du temps à La Lanterne, résidence officielle du chef de l’Etat, pour "rester au calme" et loin des médias. Le 4 septembre 2014, l’ex-journaliste de Paris Match frappait fort avec la sortie de son livre Merci pour ce moment, dans lequel elle revenait sur sa relation amoureuse avec François Hollande, qui a duré neuf ans, mais aussi (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Divorce d'Olivier Sarkozy et Mary-Kate Olsen : un accord met fin à la guerre des nerfs
VIDEO - "Un petit facho" : François Berléand démonté chez Pascal Praud
Affaire Olivier Duhamel : Julien Kouchner, le frère aîné de Camille, sort du silence
Julia Minkowski se fait l’avocate de Benjamin Griveaux « gentil pas égoïste »
VIDÉO - Affaire Duhamel : Pascal Praud très remonté contre ceux qui savaient et qui n’ont rien dit