Flashback - Penelope et François Fillon : leurs dernières vacances de Noël insouciantes, avant la descente aux enfers

·1 min de lecture

Pour les Fillon, c'est une fin d'année comme les autres, si ce n'est plus réjouissante. Le 27 novembre 2017, à l'issue du second tour de la primaire de droite, François Fillon est sacré grand vainqueur, en récoltant 66,5% des voix. Afin de fêter cette soirée victorieuse, le candidat à la présidentielle, content de lui, décide d'emmener sa famille "dîner au Bourbon, derrière l'Assemblée Nationale", rapporte Tugdual Denis dans son livre La vérité sur le mystère Fillon (Éd. Plon). Un peu plus tard, la tribu s'octroie, comme le veut la tradition, quelques jours de vacances au ski. Cette année-là, direction Val-d'Isère, entre Noël et le jour de l'an. Là-bas, François Fillon se projette déjà à l'Élysée et laisse même, un soir, "entrevoir le gouvernement qu'il est en train d'imaginer." À l'époque, il ne s'imagine pas qu'un scandale visant son couple va éclater. Ce n'est en effet plus qu'une question de semaines...

Désireux de décompresser, le candidat à la présidentielle rompt tout contact avec l'extérieur. "Son porte-parole se plaint de ne pouvoir le joindre. Qu'il se rassure : cette semaine-là, pour Nicolas Sarkozy non plus, François ne répond pas", précise l'auteur de La vérité sur le mystère Fillon. Son épouse aussi, consciente de ce qui l'attend, estime qu'il a le droit à quelques jours de repos. "Je conçois que ça choque des gens. Un Sarko ne serait pas parti en vacances. Mon père, lui, se dit que la présidentielle est dans quatre mois. Mais évidemment que c'est un bosseur", assure (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Flashback - Claude Brasseur et son fils Alexandre : "Nous ne fuyons pas nos ressemblances"
Pierre Palmade et Véronique Sanson : quelles sont leurs relations depuis leur divorce ?
Coralie Dubost victime de sa médiatisation : "Je reçois énormément de menaces de mort"
Claude Brasseur "très mal en point" à la fin de sa vie : les confidences de Mathilde Seigner
"Hypocrite et vicieux" : Marion Maréchal tire à boulets rouges sur le gouvernement