Flashback - François Mitterrand : cette 1ère rencontre "gênée" entre son épouse et Mazarine Pingeot

·1 min de lecture

Une naissance secrète. Lorsque Mazarine Pingeot pointe le bout de son nez, le soir du 18 décembre 1974, dans une clinique d'Avignon, son père François Mitterrand n'est pas là pour découvrir son petit minois. Marié à Danielle Gouze et se sachant observé en raison de son statut d'homme de pouvoir, le principal intéressé n'assiste pas à la naissance de sa fille cachée, née de son idylle secrète avec Anne Pingeot. Trop risqué. Pendant ce temps-là, le principal intéressé passe les fêtes de fin d'année à Latche, dans les Landes, avec Danielle et leurs fils. Le lendemain, l'enfant est déclaré à la mairie. Là encore, le nom de François Mitterrand n'est pas mentionné. Cela a été convenu avec sa maîtresse. Ainsi, Mazarine Pingeot est "Mazarine, Marie, de sexe féminin, fille de Anne Pingeot, conservateur de musée, domiciliée à Paris (VIe, Seine)." Son père ne la reconnaît qu'en 1984, soit dix ans plus tard, devant un notaire parisien.

Tiraillé entre la passion et la raison, la naissance de Mazarine Pingeot va bouleverser le quotidien de François Mitterrand, qui passe désormais plus de temps auprès de sa deuxième famille. "Il va alors construire toute son existence avec avec Anne et Mazarine, ne se rendant dans sa famille d'origine que le dimanche soir. Scène cocasse, lorsqu'il souhaitera offrir une résidence secondaire à la mère de sa fille à Gordes, il devra demander à Danielle sa signature", raconte David Le Bailly, auteur de La captive de Mitterrand (éd. Stock). Danielle Mitterrand, qui (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Chacun son style" : Julian Bugier marque sa différence avec Laurent Delahousse
« De quoi vous vous plaignez ? » : Evelyne Pisier, son reproche à Camille Kouchner avant sa mort
Jean-Luch Reichmann : cette rencontre mignonne sur un trottoir
Benjamin Biolay : son clin d’oeil à Marlène Schiappa et au "lissage gate"
PHOTO - Valérie Trierweiler : son stage de survie au Maroc