Flashback - Diana boulimique une semaine après ses fiançailles avec Charles : ses glaçantes confidences

·1 min de lecture

Ce dimanche 15 novembre, la 4e saison de The Crown sera dévoilée sur Netflix, avec un coup de projecteur sur le mariage de Lady Diana et du prince Charles. Leur histoire d'amour était très éloignée des contes de fées. "Le mariage du siècle", comme il était surnommé à l'époque, remonte au 29 juillet 1981, en la cathédrale Saint-Paul de Londres. Après cet événement qui a littéralement marqué l'histoire de la famille royale britannique, la vie de la princesse de Galles a rapidement tourné au cauchemar. C'est ce qui est raconté dans l'ouvrage d'Andrew Morton, intitulé Diana : Her True Story – In Her Own Words, paru en 1992. Grâce à des enregistrements effectués avec la maman des princes William et Harry dans les années 1990, l'auteur rapportait les confidences de Son Altesse décédée en 1997. D'après le média People qui s'est procuré le livre, la duchesse de Cornouailles s'était livrée sur cette période particulièrement douloureuse, qu'elle a traversée après ses fiançailles. Une période entachée par son combat contre la boulimie. "La boulimie a commencé la semaine suivant nos fiançailles (et il faudrait près d'une décennie pour la surmonter)", avait-elle déclaré. Et de poursuivre : "Mon mari a posé sa main sur ma taille et a dit: 'Oh, on est un peu potelée ici, n'est-ce pas ?' et cela a déclenché quelque chose en moi."

Cette maladie s'est avérée à la fois dévastatrice et libératrice pour l'ex-femme du prince Charles. "Je ne m'aimais pas, j'avais honte de ne pas pouvoir supporter les (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Daniel Balavoine : retour sur son histoire "magnifique et tragique" avec Catherine Ferry
Demi Moore : quelles sont ses relations avec la nouvelle épouse de Bruce Willis, Emma Heming ?
Laura Smet, retour sur son histoire d'amour tumultueuse avec Frédéric Beigbeder
Flashback - Ségolène Royal : ce jour où Leonardo DiCaprio l'a accueillie comme une star à Hollywood
Flashback - Melania Trump : l'humiliation de trop