Flashback : Danielle Mitterrand, si digne aux obsèques de son mari face à son “autre famille”

·1 min de lecture

C'est une image marquante. Celle de l'union de deux familles. Le 11 janvier 1996, les tromperies et les mensonges de plusieurs années n'avaient pas leur place au cimetière de Jarnac. Après la mort de François Mitterrand, tous les proches du président de la République se sont réunis pour un dernier adieu au président de la République. Un moment éprouvant pour sa femme Danielle, qui a dû, en même temps, dire au revoir à son mari et côtoyer sa deuxième famille. Ce jour-là en effet, la Première dame était à côté d'Anne Pingeot, celle avec laquelle son mari lui a longtemps été infidèle. A Jarnac, il y avait aussi Mazarine, leur fille, sortie de l'ombre seulement deux ans auparavant. Pas dupe de la double vie que François Mitterrand a longtemps cachée, Danielle a serré dans ses bras Mazarine de longues secondes. "C'était comme si la peine des deux 'familles', réunies à Jarnac, avait apaisé les épreuves et brisures de leurs vies personnelles", écrivait alors l'AFP.

Une rencontre symbolique entre l'autrice longtemps cachée et l'épouse de François Mitterrand, pas dupe de sa double vie. Pendant des décennies, l'ancien président de la République a jonglé avec deux familles : l'officielle, avec son épouse Danielle, et l'officieuse, avec Anne Pingeot. Dès 1962, il est tombé éperdument amoureux de cette jeune femme rencontrée à Hossegor. Pour vivre leur amour comme ils le souhaitaient, ils ont rapidement dû aménager leurs emplois du temps pour pouvoir se retrouver à l'abri des regards indiscrets. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Caroline de Monaco face à la presse people : « il faut avoir la peau dure »
Le saviez-vous ? Les parents de Melania Trump vivent à la Maison Blanche
Laeticia Hallyday et Jalil Lespert : cet indice qui avait mis la puce à l’oreille
Charles Berling papa absent ? Il se confie sur ses relations avec son fils
VIDÉO - Le coup de griffe d’Eddy Mitchell : les albums faits à la maison, c’est pas son truc