Flashback - Claude François, la star qui aimait "coucher avec ses fans"

·1 min de lecture

3.000. C'est le nombre de femmes qui aurait succombé aux charmes de Claude François durant ses seize ans de carrière, selon des rumeurs autour d'une déclaration de l'artiste à un tabloïd anglais avant sa disparition accidentelle le 10 mars 1978. Parmi ces femmes, se trouveraient notamment de nombreuses fans qui avaient constitué un véritable fan-club de Cloclo, toutes de ferventes admiratrices du chanteur qui a longtemps porté en lui l'image d'un séducteur invétéré. À l'époque, la gent féminine n'hésitait pas à attendre très longtemps devant sa loge ou au pied de son bureau parisien dans l'espoir d'approcher leur idole. "Il n'était pas le seul chanteur à coucher avec ses fans. D'autres, toujours en activité, le faisaient aussi. Mais lui a eu la naïveté d'en parler", avait réagi en 2018, auprès du Journal du Dimanche, Isabelle Catélan qui a pris la rédaction en chef de Podium un an et demi après la mort de Claude François.

Depuis la disparition du chanteur, qui aurait fêté ses 82 ans ce 1er février 2021, la parole s'est libérée et des femmes n'ont pas hésité à revenir sur le lien ou la relation qui les unissait à Claude François. Par exemple, en janvier 1998, peu avant les vingt ans de la mort du chanteur, Voici révèlait une première fois l'existence de sa fille cachée, Julie Bocquet, née en Belgique. Sa mère, Fabienne, était une fan et aurait rencontré le chanteur en 1974, à l'âge de 13 ans. Plus récemment, en 2018, une Bruxelloise prénommée Magali a raconté, à Sudinfo, ses différents (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Mort de Faustine Nogherotto (Star Academy) : Nagui lui rend hommage et fait une promesse
Prince Harry : pour compenser le Megxit "brutal", ses titres militaires pourraient lui être rendus
Elizabeth II : comment elle a brisé la glace avec les parents de Kate Middleton ?
Anne-Sophie Lapix positive à la Covid-19 : qui sont les deux jokers pour la remplacer ?
Isabelle Balkany "ne se lasse pas" de tacler Agnès Buzyn sur sa gestion de la crise sanitaire