Flashback - Quand Brigitte Macron a visité le PC Jupiter, "le terrier de la peur"

·1 min de lecture

Si les adeptes des Journées du patrimoine connaissent l’adresse de l’Élysée et sont à peu près capables de situer les principales salles qui s’y trouvent, rares sont les Français qui connaissent l'existence d'un bunker où les téléphones portables sont interdits. Appelé "PC Jupiter", ce dernier a été conçu par Albert Lebrun en 1940 et il permet de protéger le président de la République en cas d’attaque nucléaire. Cette pièce de 10 mètres sur 30 est située dans les sous-sols de la résidence officielle du chef d’État français, à plusieurs mètres sous terre.

Cette salle sécurisée et dissimulée à l’abri des regards offre également la possibilité à Emmanuel Macron de déclencher la force nucléaire, en cas de besoin. Néanmoins, ce dernier l’utilise aussi pour une toute autre raison. Le mari de Brigitte Macron s’y rend de temps à autres dans le cadre des Conseils de défense et sanitaire, à savoir des Conseils de ministres restreints, comme l’indique Le Monde ce 6 novembre). Depuis le début de l’épidémie du Covid-19, le président s’y est rendu de plus en plus souvent avec ses collaborateurs pour trouver des solutions afin de mieux gérer la crise sanitaire au sein du pays. Nos confrères du Figaro assurent que depuis le début de l’année 2020, 40 Conseils de défense ont été organisés au sein du PC Jupiter. Toutefois, avec les distanciations sociales censées limiter la propagation du coronavirus, le fameux bunker atomique n’est plus autant utilisé. C’est désormais le salon Murat de l’Élysée (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Pascal Praud gêné : un auditeur le complimente sur son physique !
Flashback - Quand Laeticia Hallyday a piqué une colère après une folie de Johnny
Le saviez-vous ? Le fils de Donald et Melania Trump a son propre appartement dans la Trump Tower
Emmanuel Macron prié de sévir… contre un ministre trop ambitieux
Valérie Lemercier et les critiques sur son physique : “On disait qu’il fallait me mettre un oreiller sur la tête”