Le flash de rayons X le plus puissant jamais observé

Nathalie Mayer, Journaliste

La mission de Nicer — l’acronyme pour Neutron Star Interior Composition Explorer — est d’étudier la structure interne des étoiles à neutrons. Comment ? En mesurant le rayonnement X émis par ce type d’étoiles. Les astronomes de la Nasa rapportent aujourd’hui que le spectroscope installé à bord de la station spatiale internationale (ISS) a justement enregistré un événement rare. C’était le 20 août dernier. Le flash de rayons X le plus intense qu’il ait jamais observé.

Le phénomène s’est produit alors que Nicer était orienté vers un pulsar baptisé SAX J1808.4-3658 ou, en abrégé, J1808. « Ce sursaut a été exceptionnel », commente Peter Dult, astrophysicien au Goddard Space Flight Center (États-Unis). Les astronomes l’attribuent à une explosion thermonucléaire survenue à la surface du pulsar. Une explosion qui aurait libéré autant d’énergie en 20 secondes seulement que notre Soleil en presque 10 jours !

Pour comprendre les détails du phénomène enregistré, les chercheurs devront étudier les données transmises par Nicer. Car celles-ci révèlent des caractéristiques étranges. « Un changement de luminosité en deux étapes, peut-être causé par l’éjection de couches séparées de la surface du pulsar », raconte Peter Dult. La luminosité du flash s’est en effet stabilisée pendant près d’une seconde après son commencement. Puis, elle a augmenté à un rythme plus lent. Au moment, peut-être où l’énergie de l’explosion a atteint un niveau suffisamment important pour propulser vers l’espace, une couche d’hydrogène accumulée par le pulsar. Deux secondes plus tard, le phénomène a atteint son apogée. Une couche d’hélium a alors été balayée. Elle s’est dilatée, a dépassé la couche d’hydrogène, s’est dissipée, a ralenti et s’est recontractée vers le pulsar. Après cette phase, le pulsar s’est à nouveau brièvement éclairci d’environ 20 %. Et les astronomes ne comprennent pas encore pourquoi.

Ici, une animation figurant le flash de rayons X observé par Nicer. © Chris...

> Lire la suite sur Futura