La flambée de violence peut-elle gagner la Martinique ?

·1 min de lecture

Depuis une semaine, la Guadeloupe est en proie à une importante vague de violences. A l'origine de ces tensions : l'opposition d'une partie de la population à l'obligation vaccinale et au passe sanitaire. Une grève générale a d'ailleurs été déclarée sur l'île le 15 novembre. Lundi, un appel à la grève générale a été lancé par 17 organisations syndicales aux revendications variées sur l'île voisine de la Martinique. Le mouvement va se durcir à partir de ce mardi avec des barrages devant des sites stratégiques et des opérations escargot sur les grands axes.

>> LIRE AUSSI - Guadeloupe : pourquoi la colère ne retombera pas de sitôt

La colère gagne la Martinique

Dans les rues de Fort-de-France, plus d'un millier de manifestants ont défilé lundi contre l'obligation vaccinale. Tracy fait partie du cortège. Cette Martiniquaise a expliqué sa colère au micro d'Europe 1 : "Il est nécessaire pour nous de pouvoir se mettre dans la rue et pouvoir revendiquer nos droits et notre liberté par rapport à cette obligation-là. J'estime que nous devrions être aux côtés de nos compatriotes parce que beaucoup de ces soignants sont soit notre mère, notre père, notre cousin… Tout Martiniquais devrait se sentir concerné."

Globalement, les revendications en Martinique sont légèrement différentes de celles de Guadeloupe. D'abord, l'obligation vaccinale des soignants, qui devait entrer en vigueur le 24 novembre a déjà été reportée au 31 décembre. Ensuite, si 90% des personnels soignants des hôpitaux...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles