Pourquoi l'Irlande du Nord fait face à une flambée de violences depuis dix jours

·1 min de lecture

Onze jours d'affrontements. L'Irlande du Nord est depuis onze jours le théâtre d'affrontements entre des émeutiers loyalistes et républicains et la police, une vague de violence que beaucoup considèrent comme jamais vue depuis plusieurs années. Dans la nuit de jeudi à vendredi, la capitale Belfast s'est embrasée. La police anti-émeute s'est retrouvée assaillie d'un côté par les loyalistes et de l'autre par les républicains. Visés par des cocktails Molotov et divers projectiles, les policiers ont finalement repoussé les manifestants en usant d'un canon à eau. Le gouvernement britannique a dépêché sur place le ministre de l'Irlande du Nord, Brandon Lewis, et réitéré son appel au calme. Jeudi, les Premiers ministres britannique et irlandais avaient joint leurs voix à celles des dirigeants d'Irlande du Nord, unionistes comme républicains, pour condamner des violences "inacceptables".

Lire aussi - Brexit : les 4 points de blocage dans la dernière ligne droite des négociations

De jeunes adolescents. Les violences avaient débuté dans la ville de Derry. Elles s'étaient ensuite étendues pour gagner un quartier loyaliste de Belfast et ses environs pendant le week-end de Pâques. Quelques villes voisines ont également été agitées par ces émeutes. Dans la plupart des cas, de jeunes adolescents, loyalistes et républicains, s'opposent puis s'en prennent à la police qui tente de les séparer. Selon certains témoignages, les adultes encourageraient ces affrontements. La police d'Irlande du No...


Lire la suite sur LeJDD