Publicité

La flambée des prix du riz et le spectre d'une crise alimentaire en Afrique

Le prix du riz ne cesse de grimper. En particulier depuis que l’Inde a décidé, l'été dernier, d'interdire ses exportations afin d'éviter tout risque de pénurie. Cette hausse des coûts risque de mettre en péril la sécurité alimentaire de plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, dont le Bénin et le Burkina Faso, qui dépendent principalement des approvisionnements en riz indien.

"En quelques semaines, on a encore pris 20 dollars la tonne de riz. Ça va vite, très vite", constate Thierry Pouch, chef économiste aux Chambres d’agriculture de France et chercheur associé à l’Université de Reims-Champagne-Ardenne.

La flambée des cours, entamée cet été après l’annonce par l’Inde d'une restriction de ses exportations, se poursuit. Avec un riz à plus de 600 dollars la tonne fin janvier 2024, le prix de cette matière première, qui sert d’aliment de base à quatre milliards de personnes sur terre, s’envole à son plus haut niveau depuis quinze ans, faisant craindre une crise alimentaire mondiale.

L’Inde est le premier exportateur de riz sur la planète, réalisant à lui seul plus de 40 % des exportations mondiales, devant la Thaïlande, le Vietnam et dans une certaine mesure, le Pakistan.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
L'Afrique face au risque de crise alimentaire avec la guerre en Ukraine
Du riz en plastique en Afrique ?
Perspectives 2023 : pour Julien Marcilly, économiste, "le prix du riz pourrait à son tour augmenter"