Fiscalité du gazole : les artisans du BTP craignent des licenciements

Ils ont entrepris de bloquer l’accès de nombreux dépôts pétroliers dans l’ouest de la France. Les patrons d’entreprises du BTP comptent bien protester contre la suppression de l’avantage fiscal sur le gazole non routier. Le gouvernement veut les obliger à passer au gazole traditionnel. Une mesure qui coûtera cher aux entreprises. "L’impact est de 50 000 euros à l’année" Le gazole traditionnel coûte 50 à 60 centimes de plus par litre en moyenne. "On va prendre 50% d’augmentation entre 2020 et le 1er janvier 2022. C’est-à-dire qu'on va être obligés de trouver 10% de chiffre d’affaires supplémentaires et ça on ne sait pas où on va le chercher", s’inquiète Pascal Rineau, entrepreneur en travaux publics. D’autres craignent des licenciements. "Dans mon entreprise, on est 20 personnes et l’impact est de 50 000 euros à l‘année. (…) Il y aura des licenciements, car il y a des entreprises qui ne tiendront pas le choc, qui ne passeront pas l’année prochaine si cette mesure passe", regrette Joël Roirand, lui aussi entrepreneur en travaux publics.