Fiscalité. Les Bermudes ne veulent pas entendre parler de taxation mondiale des sociétés

·2 min de lecture

Le ministre des Finances de ce paradis fiscal invoque la “souveraineté nationale” pour refuser l’idée d’un taux minimal d’imposition de 15 % sur les entreprises. Dans ce territoire britannique d’outre-mer qui les exonère d’impôts sur les bénéfices, une telle perspective serait catastrophique.

Pour le ministre des Finances des Bermudes, petit archipel de l’océan Atlantique, “il s’agit d’une question de souveraineté”. Interviewé par le Financial Times, Curtis Dickinson a déclaré son opposition à l’idée d’une taxation mondiale sur les sociétés (avec un taux minimal à 15 %), proposée au début du mois par ses homologues des pays du G7. C’est toute l’économie de ce territoire d’outre-mer du Royaume-Uni, paradis fiscal dont le système a été mis en place “il y a 200 ans”, selon le ministre, qu’une telle réforme mettrait en cause.

À lire aussi: Évasion fiscale. L’impôt mondial sur les sociétés s’attaque à la “version dévoyée du capitalisme”

“Les Bermudes sont en droit de déterminer leur propre système fiscal”, défend-il face au journal économique britannique. Ce système, qui repose sur des taxes sur la consommation et exonère les sociétés d’impôts sur leurs bénéfices, est, d’après le ministre, “simple à gérer et à déclarer”. “Notre système n’a jamais changé afin d’encourager plus de personnes à s’installer ici. Il est toujours comme cela, et il fonctionne pour nous”, poursuit Curtis Dickinson.

Un système fiscal “ni juste ni équitable”

L’aval donné par les pays du G7 à une réforme mondiale de la fiscalité est une étape historique, dans un contexte où la mondialisation a permis depuis des décennies aux capitaux de transiter en se jouant des frontières. Même si les détails de cette réforme doivent encore être discutés, et que sa mise en place reste lointaine, la perspective “n’est pas quelque chose de positif” pour les Bermudes, reconnaît Brian Schneider, analyste chez Fitch Ratings. “Cela

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles