Publicité

FIPADOC: «Noire», Tania de Montaigne en réalité augmentée avec Claudette Colvin et Rosa Parks

L’Américaine Rosa Parks est devenue mondialement célèbre avec son refus de céder sa place à un passager blanc dans un bus. Mais la vraie pionnière de cette lutte pour les droits civiques, c’était elle, Claudette Colvin. En 1955, cette jeune fille noire avait 15 ans. Tombée dans l’oubli, elle a été ressuscitée par Tania de Montaigne avec Noire, un livre dont l’écrivaine française présente actuellement l’histoire sous forme d’une installation immersive en réalité augmentée au Festival international du film documentaire (Fipadoc) à Biarritz. Entretien.

RFI : Il a fallu un studio d’enregistrement à Taïwan avec 48 caméras tournant autour des personnages et une mise en scène chronométrée à la seconde près pour réaliser, avec le metteur en scène Stéphane Foenkinos et le cinéaste Pierre-Alain Giraud, cette installation en immersion interactive de Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin. En quoi cette version de votre histoire en réalité augmentée représente-t-elle une expérience pionnière pour vous ?

Tania de Montaigne : Elle est pionnière à plein de niveaux. Déjà, je ne connaissais pas du tout cette technologie de la réalité augmentée. Il a fallu inventer et après incarner. C'est encore autre chose que quand on écrit. Il y a tout un imaginaire, avec des acteurs qui vont jouer. Il fallait choisir aussi des moments puisque l'expérience dure 30 minutes, donc on ne pouvait pas tout raconter. À la fin, c'était vraiment une invention à tous niveaux. C'est génial.

Dans cette histoire qui reste chaque fois la même, quel est pour vous l'aspect le plus important ?


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
FIPADOC: 160 documentaires de 50 pays, résistance italienne, résilience tchadienne, révolution iranienne...
Fipadoc: «Amchilini» au Tchad, Allamine Kader filme une fascinante tradition
FIPADOC: Rouhollah Zam, «Fils de mollah», mort d’un opposant iranien