La fintech britannique Checkout.com affiche une valorisation de... 40 milliards de dollars

·2 min de lecture
La fintech britannique Checkout.com, spécialisée dans les services de paiement, a réalisé une levée de fonds d'un milliard de dollars. - Mohd Rasfan, AFP/Archives
La fintech britannique Checkout.com, spécialisée dans les services de paiement, a réalisé une levée de fonds d'un milliard de dollars. - Mohd Rasfan, AFP/Archives

Les chiffres font tourner la tête... La fintech britannique Checkout.com, spécialisée dans les services de paiement, a réalisé une levée de fonds d'un milliard de dollars et sa valorisation atteint désormais 40 milliards de dollars.

Le capital doit permettre à l'entreprise de financer "le développement sur le marché américain", le lancement de services pour les places de marché et le renforcement du Web 3.0, nouvelle génération d'internet, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Cette levée de fonds de série D - le cinquième tour de table - "permet à l'entreprise de plus que doubler sa valorisation depuis le tour de table en série C réalisé il y a un an", précise le communiqué.

La société, qui n'est pas cotée et compte parmi les plus grosses fintech du monde, indique avoir triplé en un an le volume des transactions traitées pour la troisième année consécutive, grâce à une croissance "considérable" sur son marché d'origine, la zone Europe, Moyen-Orient et Asie.

Et les États-Unis "font l'objet d'une attention et d'investissements importants de la part de Checkout.com depuis plusieurs années".

1.700 personnes dans 19 bureaux

La super "licorne" londonienne (une start-up de plus d'un milliard de dollars, ndlr) a en outre développé un système pour intégrer les paiements des places de marché qui sera lancé dans le courant de l'année.

Les principaux investisseurs de cette levée de fonds comprennent le fonds souverain du gouvernement de Singapour GIC, Insight Partners, Qatar Investment Authority, Tiger Global et The Oxford Endowment Fund, a précisé Checkout.com.

Basé à Londres, Checkout.com fournit des services de paiement à des sociétés de e-commerce et de services tels que Netflix, Pizza Hut, Siemens ou Sony mais aussi à d'autres fintech comme Revolut ou à des acteurs de cryptomonnaies tels que Coinbase.

Créée en 2012, la fintech emploie aujourd'hui 1.700 personnes dans 19 bureaux sur tous les continents.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles