Finlande: un contrat pour construire une centrale nucléaire avec le russe Rosatom annulé

Évoquant des « risques » supplémentaires à cause de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le consortium Fennovoima a annoncé ce lundi 2 mai avoir annulé un contrat avec le groupe russe Rosatom.

« La guerre en Ukraine a aggravé les risques du projet », a déclaré le consortium à majorité finlandaise pilotant la construction d’un réacteur nucléaire dans le nord de la Finlande. Dans un communiqué, il souligne que la filiale de Rosatom, l'Agence fédérale russe de l'énergie atomique, impliquée dans le RAOS Project « a été incapable d'atténuer ces risques ».

« Cela signifie que la coopération avec RAOS Project est terminée avec effet immédiat (...) et que les travaux sur le site d'Hanhikivi-1 » avec le groupe russe sont terminés, a annoncé Fennovoima, composé possédé aux deux tiers par des entreprises finlandaises et à 34% par Rosatom. Le gouvernement finlandais avait déjà fait savoir, au lendemain de l’offensive militaire en Ukraine, qu'il allait réévaluer le projet, un des principaux chantiers industriels impliquant une entreprise russe dans l'Union européenne.

Ce projet estimé à 7,5 milliards d’euros concernait la construction d’un réacteur de 1 200 mégawatts à Pyhajöki, dans le nord de la Finlande. En cours depuis 2010, il avait déjà souffert de nombreux retards et d'incertitudes. Le dernier calendrier annoncé l'an dernier par Fennovoima dans le cadre de sa demande de permis de construire visait un début de chantier en 2023 et une mise en service en 2029.

La décision d'annuler le contrat avec Rosatom « n'est pas prise à la légère », assure le consortium. « Dans un si grand projet il y a d'importantes complexité et les décisions sont seulement prises après des évaluations approfondies », affirme Fennovoima.

(Avec AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles