Finistère: mobilisation pour sauver 200 chevreaux destinés à l'abattoir

Hugo Septier
·2 min de lecture
Un chevreau - Image d'illustration  - Facebook
Un chevreau - Image d'illustration - Facebook

L'appel à été lancé sur les réseaux sociaux, et il est urgent. Passionnée d'animaux, Aurélie a créé une page Facebook nommée Sauvetage de chevreaux de l'abattoir et se mobilise afin de trouver un nouveau logis à près de 200 chevreaux issus d'un élevage caprin situé près de Scaër, dans le département du Finistère, qui sont promis à une mort certaine d'ici la fin de la semaine.

La situation des animaux est précaire, mais surtout cruelle.

"Les éleveurs les font naître pour déclencher la lactation des chèvres, puis doivent s'en débarrasser pour exploiter le lait et en faire du fromage notamment", apprend-on dans un billet publié sur le réseau social. "Selon une source interne, ils projettent de maintenant les tuer dès la naissance", explique Aurélie, contactée par BFMTV.com.

Alors pour permettre aux chevreaux de poursuivre leur vie, la jeune femme est à la recherche de personnes ayant une capacité d'accueil importante, les animaux sont appelés à grandir, et qui seraient capables de les "biberonner" pendant encore deux mois, jusqu'à leur sevrage. Il est également conseillé de les adopter en duo, voire plus, ce type de chèvre ne pouvant vivre seul.

Sensibiliser sans incriminer

Auprès de BFMTV.com, Aurélie souligne qu'à l'heure actuelle "il y a déjà pas mal de demandes, beaucoup de petits éleveurs" qui sont intéressés par les bébés chèvres. En revanche, cette dernière souligne bien que les animaux ne sont pas disponibles pour la reproduction, et encore moins pour la consommation.

Au-delà de ces adoptions, Aurélie souhaite également sensibiliser les Français sur les protocoles mis en place dans les élevages.

"Le but c'est de sensibiliser sans incriminer. Quand on leur raconte, les gens tombent des nues alors qu'ils habitent à côté des élévages. Cela se passe depuis des dizaines d'années", martèle-t-elle.

Pour l'adoption de ces bébés chèvres, Aurélie est joigniable via la page Facebook créée pour l'occasion.

Article original publié sur BFMTV.com