Finistère: 50 ans après, les élèves d'une classe reprennent la même photo à l'identique

·3 min de lecture
La photo de classe de CE1-CE2 de 1971 à gauche, et les mêmes élèves en 2021 à droite. - BFMTV
La photo de classe de CE1-CE2 de 1971 à gauche, et les mêmes élèves en 2021 à droite. - BFMTV

Bras croisés ou mains jointes sur le pupitre... Les anciens élèves d'une classe de CE1-CE2 ont reconstitué leur photo de classe prise en 1971 sur les bancs de l'école Sainte-Anne, située dans la petite commune de Kernilis (dans le nord du Finistère), comme le rapportaient mardi dernier nos confrères du Télégramme.

Au début du mois de novembre, les 19 anciens élèves de cette école communale se sont retrouvés à la même place, dans la même position qu'il y a 50 ans pour prendre la même photo qu'à l'époque, lorsqu'ils avaient 7 ans. Ils étaient même en compagnie de leur ancienne enseignante, Anne Tigréat. Sauf que cette fois, leur enseignante était âgée de 80 ans et tous les élèves de 57 ou 58 ans, comme l'explique Pierre Jestin, l'organisateur de ces retrouvailles à BFMTV.com.

La même classe de la maternelle à la 3e

"On est tous là sur la photo", se félicite-t-il, à l'exception de l'une d'entre eux qui est décédée, et d'une autre qui vit désormais en Nouvelle-Calédonie. "On est une classe qui s'est suivie de la maternelle à la troisième", raconte celui qui est aujourd'hui technicien dans une usine de production des eaux chez Suez.

"On a tous gardé le contact, on se côtoie toujours, alors quand j'ai lancé l'idée de reproduire cette photo avec notre institutrice, qui par le plus grand des hasards habite désormais à côté de chez moi, tout le monde était emballé", poursuit cet homme. "On a eu beaucoup de plaisir à se retrouver".

Ce jour-là, les 19 élèves se sont donc réunis dans une salle des fêtes mise à disposition par la mairie de Kernilis, non loin de leur ancienne salle de classe (qui était elle inacessible pour des raisons sanitaires liées au Covid-19). Ils ont installé les tables comme elles l'étaient à l'époque, et ont pris la pose exactement comme en 1971, avant de passer la journée et de partager un repas et un pot de l'amitié tous ensemble.

50 ans après, "différents parcours de vie"

"Tout le monde était ravi", confie Pierre Jestin. "On s'est raconté des anecdotes et Anne Tigréat, elle, "était très émue". "C'est un immense honneur que vous me faites là!", leur aurait encore confié l'octogénaire, qui se souvenait d'"une classe où régnait l'ordre et le respect".

"On a de bons souvenirs avec cette institutrice parce qu'elle avait le don de ne jamais élever la voix", se souvient Pierre Jestin. "On l'a eue pendant deux ans, et elle venait d'avoir 30 ans à l'époque. Là, elle ne se souvenait pas de tous nos prénoms, mais elle savait rien qu'en nous voyant, elle reconnaissait les traits et pouvait dire de quelle famille nous venions", s'amuse-t-il, "car elle a aussi eu nos frères et soeurs en classe".

"C'était formidable, beaucoup d'émotion!", s'exclame un autre élève de cette classe, contacté par BFMTV.com. "C'est toujours intéressant de voir les différents parcours de vie, les évolutions de chacun... Et puis on a pu retrouver notre chère institutrice, qui nous avait laissé à tous un tellement bon souvenir", confirme François Roudaut, aujourd'hui technicien agricole, dans la communication auprès de producteurs laitiers. "On était tous d'accord pour dire qu'elle nous avait beaucoup apporté. Ce genre d'instituteurs, c'est un cadeau dans une vie, elle était d'une douceur et d'une bienveillance... Tout le monde s'en souvenait, et elle n'a pas changé!"

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles