Fini les aiguilles, les vaccins du futur viendront dans du riz !

·1 min de lecture

Des chercheurs japonais ont développé un riz OGM qui intègre un vaccin contre le choléra, plus facile à stocker et à administrer que les vaccins traditionnels.

Peur de vous faire piquer ? Du riz vous pourrez manger ! Absurde, n’est-ce pas ? Et pourtant, il se pourrait que bientôt les vaccins ne passent plus par une affreuse aiguille, mais par un bon bol de riz japonais. C’est désormais le cas pour le , qui cause des diarrhées sévères et qui entraîne la mort de dizaines de milliers de personnes chaque année. Comme d’autres maladies infectieuses, le choléra sévit principalement dans des régions souffrant d’un manque d’infrastructures sanitaires, ce qui rend difficile le stockage et l’administration des vaccins qui souvent nécessitent d’être conservés au froid. 

Pour contourner ces barrières logistiques, des chercheurs de l’université de Tokyo (Japon) ont conçu un riz génétiquement modifié qui produit une portion non toxique d’une protéine spécifique de la bactérie responsable du choléra (Vibrio cholerae), la sous-unité toxine B (CTB). Une fois ingérée, cette protéine va apprendre au système immunitaire à reconnaître et neutraliser la bactérie, comme n’importe quel vaccin. Sauf qu’au lieu d’une piqure, il suffira de boire une petite quantité de ce riz mélangé dans de l’eau. Et selon leur essai de phase 1, publié le 25 juin 2021 dans la revue , leur vaccin génère bien des anticorps spécifiques contre la bactérie du choléra sans causer des effets secondaires graves.

Dans le grain, on protège bien le vaccin

Il est très difficile de conserver des vaccins dans certains endroits du globe où par exemple il n’y a pas d’électricité. C’est pourquoi nous avons voulu développer un vaccin qui puisse être stocké à température ambiante, nous révèle Hiroshi Kiyono, immunologiste à l’université de Tokyo et auteur de l’étude. Le riz en poudre peut être gardé pendant de longues périodes sans réfrigération, et en plus il évite le besoin de seringues et d’aiguilles, ce qui faciliterait la vaccination d'un grand nombre de personnes sans produire autant de déchets médicaux qui ensuite peuvent endommager notre environnement.” En effet, le riz-vaccin[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles