Financement libyen : Ziad Takieddine accuse les juges de manipulation

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
« Les juges français ont fait de moi un personnage du type

Il affirme que les juges lui ont offert un arrangement contre « des déclarations erronées et à charge contre Nicolas Sarkozy », d'après BFM TV et « Paris Match ».

Nouvelle sortie remarquée de Ziad Takieddine dans l'affaire du financement libyen présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy. Dans un entretien du 14 décembre avec son avocat, que BFM TV et Paris Match ont pu consulter, l'homme d'affaires franco-libanais affirme que les magistrats l'ont influencé dans ses déclarations. Serge Tournaire et Renaud van Ruymbeke lui auraient garanti une condamnation de deux ans de prison maximum dans l'affaire Karachi s'il leur donnait « des déclarations erronées et à charge contre Nicolas Sarkozy ».

Pourtant, Ziad Takieddine a été condamné à 5 ans de prison en juin dernier dans cette affaire sur des soupçons de rétrocommissions qui auraient servi au financement de la campagne d'Édouard Balladur en 1995. C'est donc pour cette raison que l'homme d'affaires aurait décidé de révéler cet accord avec les magistrats, « qui n'a pas été respecté », racontent BFM TV et Paris Match.

« Je tiens à rétablir la vérité »

« Les juges français ont fait de moi un personnage du type Al Capone [?] Je tiens à rétablir la vérité », déclare Ziad Takieddine dans une retranscription de cet entretien, validée par un notaire et portant le cachet du ministère des Affaires étrangères libanais. En 2013, l'homme d'affaires affirmait avoir transporté cinq millions d'euros, au profit de Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, au cours de trois voyages entre 2006 et 2007.

« Serge Tournaire m'a fait comprendre que si je pouvais accuser M. Sarkozy et sa garde rapprochée, je [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :