Financement libyen : ce que Nicolas Sarkozy a dit aux juges d'instruction

·1 min de lecture

Deux semaines après son audition on en sait un peu plus sur ce qu'a dit Nicolas Sarkozy dans le bureau des juges d'instruction, dans le cadre de l'enquête sur le supposé financement libyen de sa campagne pour la présidentielle de 2007. L'ancien chef d'Etat est désormais mis en examen quatre fois dans cette affaire, pour recel de détournement de fonds publics, corruption passive, financement illégal de campagne électorale, et donc, à l'issue de cette audition, pour association de malfaiteurs - une première pour un ancien président de la république. Et face aux magistrats instructeurs, il s'est montré particulièrement agacé, selon les informations recueillies par Europe 1. 

>>Retrouvez Europe Soir avec Julian Bugier en replay et en podcast ici

"Comment prouver quelque chose que je n'ai pas fait ?"

Les auditions ont duré 40 heures, et 40 heures, durant, l'ancien président s'est ardemment défendu, parfois exaspéré, souvent excédé. "Comment puis-je prouver quelque chose que je n'ai pas fait ?", a-t-il notamment lancé. "C'est à devenir fou, à se taper la tête contre les murs."

Ce que les juges veulent savoir, c'est si Nicolas Sarkozy a délibérément laissé ses proches et leurs intermédiaires officieux tenter d'obtenir de l'argent libyen pour financer sa campagne - un montant estimé à plusieurs millions d'euros. "Vous n'avez ni les preuves de l'arrivée, ni les preuves de la sortie concernant l'argent. Où est l'argent alors?" rétorque-t-il alors aux magistrats.

Guéant, crédule ?...


Lire la suite sur Europe1