Financement libyen: Djouhri cesse sa grève de la faim en prison

L'homme d'affaires franco-algérien Alexandre Djouhri, à Londres en janvier 2019

Paris (AFP) - L'homme d'affaires Alexandre Djouhri, écroué vendredi dans l'affaire du présumé financement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy, a mis un terme lundi à sa grève de la faim en prison entamée samedi, a appris l'AFP de sources proches du dossier.

"Il a mis fin ce midi à sa grève de la faim après s'être entretenu avec ses avocats et accepte désormais sa prise en charge sanitaire" à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes, au sud de Paris, a indiqué une de ces sources.

M. Djouhri, qui souffre de problèmes cardiaques, s'était déclaré en grève de la faim samedi.

L'homme d'affaires de 60 ans avait été écroué la veille au soir après sa mise en examen par les juges chargés de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Apparu au coeur de versements suspects entre la Libye et des proches de M. Sarkozy, l'homme d'affaires a été mis en examen pour neuf chefs, dont "corruption active", "complicité et recel de détournements de fonds publics" ainsi que "blanchiments en bande organisée" de ces infractions.

L'homme d'affaires franco-algérien a fait appel de son placement en détention provisoire, une audience doit se tenir dans les prochains jours.

Réclamé depuis deux ans par la justice française, il avait été remis jeudi soir aux autorités à son arrivée à l'aéroport de Roissy en provenance de Londres, où il avait été arrêté en janvier 2018 en vertu de mandats d'arrêt européens.

M. Djouhri avait été hospitalisé dans la capitale britannique après une série d'accidents cardiaques peu après son arrestation. Il y était assigné à résidence après avoir payé 1,13 million d'euros de caution.