Financement : ce que le Covid-19 a imposé au commerce africain

Par Sylvie Rantrua
·1 min de lecture
Président de l'Afreximbank, Benedict Oramah a constaté, comme d'autres partenaires institutionnels, combien le financement du commerce africain avait été impacté par la pandémie de Covid-19.
Président de l'Afreximbank, Benedict Oramah a constaté, comme d'autres partenaires institutionnels, combien le financement du commerce africain avait été impacté par la pandémie de Covid-19.

« Avant même la pandémie de Covid, le financement du commerce en Afrique était déjà un défi », avertit d'emblée Benedict Oramah, président d'Afreximbank, introduisant le rapport sur « l'impact du Covid sur le financement du commerce ». Il faut dire que seulement 40 % des activités commerciales en Afrique sont financées par l'intermédiaire des banques, une part bien inférieure à la moyenne mondiale, qui est de 80 %. Avec la pandémie de Covid-19, la situation s'est aggravée au regard de ce qui ressort de cette étude réalisée par la banque africaine d'import-export couramment appelée Afreximbank, en partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique pour l'Afrique des Nations unies. Présentée à la mi-avril, cette étude permet de comprendre comment la crise sanitaire mondiale a affecté la dynamique du financement du commerce. Elle a proposé des recommandations à même de garantir aux banques un meilleur accès au financement du commerce, de soutenir les flux commerciaux et d'accélérer le processus de reprise économique.

À LIRE AUSSICommerce intra-africain : ce grand chantier du futur

Un impact fort sur les sorties de capitaux?

La baisse de l'activité économique, déclenchée par les fermetures de frontières, les confinements et les restrictions de circulation, s'est accompagnée de conditions de financement plus strictes au niveau mondial. Celles-ci ont provoqué d'importantes sorties de capitaux. Pour l'Afrique, elles ont dépassé 5 [...] Lire la suite