Stade de France: Ce que dit le rapport du Sénat sur ce "fiasco inévitable"

(Photo: via Associated Press)
(Photo: via Associated Press)

(Photo: via Associated Press)

FOOTBALL - C’était il y a moins de deux mois. Le Stade de France accueillait la finale de la Ligue des Champions. Mais de ce samedi 28 mai, on se souvient moins de la victoire du Real Madrid sur Liverpool que du fiasco sur les conditions de l’organisation dans l’enceinte francilienne. Les incidents survenus ce soir-là qui avaient notamment conduit au report du coup d’envoi étaient la conséquence d’un “enchaînement de dysfonctionnements”.

Telle est la conclusion du rapport intitulé “un fiasco inévitable” et présenté ce mercredi 13 juillet au Sénat par le président de la commission Culture. Laurent Lafon évoque des “défaillances” aussi bien “dans l’exécution” que dans la “préparation” de l’évènement. Lors d’un point-presse de présentation de ce rapport, le sénateur centriste a estimé que ce jour-là, “chacun était dans son couloir, sans véritable coordination”.

“Pas la faute des supporters de Liverpool”

Le rapport estime aussi que l’un des principaux arguments avancés par le gouvernement -à savoir la présence massive de supporters de Liverpool sans billet ou avec un faux- ne tient pas. “Il est injuste d’avoir voulu faire porter aux supporters de l’équipe de Liverpool la responsabilité des troubles intervenus comme l’a fait le ministre de l’Intérieur pour détourner l’attention de l’incapacité de l’État à gérer adéquatement la foule présente”, peut-on lire notamment.

Si “la gestion de la billetterie a été inadaptée”, elle “ne peut en aucun cas être considérée comme la cause unique ou comme la cause des incidents”, ajoute-t-il. Ce rapport préconise une quinzaine de mesures dont celle d’“imposer aux opérateurs” de conserver les images de vidéosurveillance “pendant la durée légale d’un mois” ou encore de “rendre obligatoire le recours à des billets infalsifiables”.

Au cours de la conférence de presse, François-Noël Buffet (président LR de la commission des Lois) a enfoncé le clou, déclarant que “les premières déclarations ne correspondaient pas à la vérité”. Gérald Darmanin et Didier Lallement avaient en effet avancé le chiffre de 35 à 40.000 supporters de Liverpool présents devant les entrées du Stade de France.

Le sénateur (LR) Michel Savin a lui dénoncé dans un communiqué “l’attitude du ministre de l’Intérieur” lors des auditions qui, selon lui, “n’aura pas permis à notre commission de comprendre parfaitement ce qui s’est passé.”

À voir également sur Le HuffPost: Après le fiasco du Stade de France, chacun a son bouc émissaire

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles