Fin de vie : malades, de nombreux Français partent à l'étranger pour alléger leurs souffrances

La question de l'aide à la fin de vie a été de nouveau posée avec la mort de Jean-Luc Godard , le réalisateur qui a eu recours au suicide assisté en Suisse . Certains Français partent d'ailleurs à l'étranger pour alléger leurs souffrances, souvent à cause de maladies incurables. C'est le cas de Marie-Hélène. Elle a accepté de témoigner au micro d'Europe 1. À 62 ans, Marie-Hélène apprend qu'elle souffre d'un cancer du sein particulièrement agressif. Il se métastase en quelques mois malgré la chimiothérapie. En juillet dernier, la maladie a atteint le cerveau et la moelle osseuse. Se pose alors pour elle la question de la fin de vie .

"Je ne veux pas que ma famille me voie me dégrader dans cet état"

"J'ai dit que je ne souhaitais pas aller jusqu'au bout de ce parcours de douleur et de déchéance." En France, la loi Claeys-Leonetti prévoit pour tous les patients atteints de maladies incurables la possibilité d'une sédation profonde et continue jusqu'à la mort. Mais pour Marie-Hélène, cette option est inenvisageable. "Pour que la personne meure, il faut cesser de la nourrir, il faut cesser de l'hydrater. Si on cesse de nous hydrater, si on cesse de me donner à manger, on va me tuer. Sauf qu'au lieu de me tuer en un quart d'heure de temps, on va me tuer en X jours. Je ne veux pas que ma famille me voie me dégrader dans cet état. C'est hors de question."

 

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

Depuis quelques semaines, Marie-Hélène a donc décidé de c...


Lire la suite sur Europe1