Fin de vie : la lettre de Macron à Guy, parti mourir en Belgique

Emmanuel Macron lors de son déplacement à Fouras (Charente-Maritime), le 31 mars 2022. - Credit:Jean-Christophe Sounalet / MAXPPP / PHOTOPQR/SUD OUEST/MAXPPP

Le président avait rencontré en mars l’homme de 63 ans, atteint de la maladie de Charcot, qui l’avait interpellé sur la question de l’euthanasie, rapporte RTL.

La séquence était forte en émotions. Le 31 mars dernier, Guy, un homme atteint de la maladie de Charcot, et Pascal, son compagnon, avaient interpellé Emmanuel Macron, au sujet de la fin de vie, lors de son déplacement à Fouras (Charente-Maritime).

L'homme de 63 ans avait expliqué être en train de « préparer (son) voyage en Belgique, (son) pays ne (lui) permettant pas de partir dignement ». Le président en campagne avait alors pris la main de Guy et affirmé, pour la première fois, être « favorable » à ce que la France « évolue » vers « le modèle belge ». Guy a finalement fait le voyage fin août et est mort en Belgique.

À LIRE AUSSI Le grand âge, la loi et l'éthique

« La douleur physique aurait sans doute été prise en charge en soins palliatifs, mais Guy souffrait surtout psychologiquement d'être enfermé dans ce corps qui ne répondait plus, de voir sa déchéance physique, son vieillissement de vingt ans en six mois », a expliqué Pascal à nos confrères de La Croix. Son conjoint explique que l'homme, qui n'avait « plus l'usage de ses mains ni de ses jambes, n'a pas voulu attendre un état trop dégradé et trop dépendant pour partir ».

« Réflexion collective »

Informé par Pascal du décès de Guy, Emmanuel Macron a assuré, dans une lettre adressée à son conjoint et consultée par les journalistes de RTL : « Je n'oublierai pas Guy, ni sa mémoire, ni son combat. Vous pouvez compter sur moi. »

Il poursuit : « Vos mots renforcent ma conviction profonde qu'il est temps que nous [...] Lire la suite

VIDÉO - Euthanasie: pour le Dr Yves de Locht, "il est grand temps que la loi française évolue"