Fin de vie : l’Assemblée nationale va se pencher sur un texte inédit

L’Assemblée nationale va examiner un texte "pour une fin de vie libre et choisie", une proposition émanant du groupe Libertés et Territoires. Ce serait un premier pas vers la mort médicalement assistée. "Ce n’est jamais arrivé qu’une commission, celle des Affaires sociales, vote majoritairement un texte qui va permettre à chacune et chacun de choisir sa fin de vie, c’est-à-dire mourir le plus tard possible dans des soins palliatifs si la personne le souhaite, ou alors dire stop à un moment parce que les souffrances qui viennent sont estimées inutiles. C’est une victoire pour tout le monde", se réjouit Jean-Luc Romero-Michel, président de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD). "Une agonie terrible" Invité du 23h de franceinfo vendredi 2 avril, Jean-Luc Romero-Michel a ensuite rappelé la situation actuelle. "Il y a trois lois Leonetti, en 2005, 2010 et 2016. C’est la même chose, c’est de la communication. Elle permet la sédation profonde et continue. On vous endort, on arrête de vous alimenter et de vous hydrater. Parfois vous mourrez dans les 24 heures, mais pour d’autres ça peut durer trois semaines. Il faut provoquer une maladie pour vous faire mourir. Il faut que les reins soient atteints, donc on vous fait mourir de faim et de soif. Mais c’est une agonie terrible."