Fin de la quarantaine à Carry-le-Rouet : "Le rapatriement, ça a été le parcours du combattant", se souvient l'un des 181 premiers Français rapatriés

franceinfo

"Le rapatriement, ça a été le parcours du combattant", témoigne vendredi 14 février sur franceinfo Maurice Caressa, l'un des Français rapatrié il y a quinze jours en France depuis Wuhan, en Chine, l'épicentre de l'épidémie de coronavirus Covid-19 (anciennement appelé 2019-nCoV). Vendredi matin, les 181 premiers rapatriés français ont quitté l'hôtel situé à Carry-le-Rouet, où ils ont passé 14 jours en quarantaine.

Deux heures pour quitter la ville


"Je me suis retrouvé seul au monde et isolé de tout, explique Maurice Caressa. C'est pendant le vol qu'on a appris la fermeture de l'aéroport, et la mise en isolement de la ville. À Wuhan, il n'y avait personne à l'intérieur ni à l'extérieur." Le Français rapatrié explique que "la difficulté", était "d'accéder à la ville". "Ensuite, j'ai dû faire quatre hôtels fermés. J'ai trouvé en fin d'après-midi un hôtel qui voulait bien me prendre, difficilement, mais qui m'a pris. Je me suis dit 'il faut que je parte absolument'", raconte celui qui venait rendre visite à une amie pendant ses vacances.

C'est la parano de tomber malade. Une légère montée de température et vous êtes embarqués et vous passez un temps infini dans un hôpital, avec des vrais malades

Maurice Caressa, rapatrié Français

à franceinfo

"J'ai organisé en 48 heures une location de voiture et un départ sur Changsha, à 300 kilomètres de là, poursuit Maurice Caressa. Je pars en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi