La fin du porno façon Tumblr: ces contenus qui faisaient des femmes les architectes de leur sexualité

Emma Gray

SEXO - Étendue sur un lit, jambes écartées, une femme se caresse doucement. Bien éclairée, encore partiellement habillée, elle suce un objet d'apparence phallique sous le regard attentif d'un homme assis au bord du lit (et dont nous ne voyons que l'arrière de la tête). C'est bien elle le centre de notre attention, et pas cette présence masculine. L'objet du spectacle: son plaisir.

La petite séquence se répète encore et encore; elle pourrait durer éternellement. L'image est captivante, explicite, érotique. Voilà le type d'images X qui fait les délices des utilisateurs de Tumblr.

Ou du moins qui les faisait...

Le 3 décembre 2018, la plateforme a publiquement annoncé l'interdiction de tous ses contenus adultes: "les images, vidéos ou GIF dévoilant des parties génitales humaines ou des tétons semblant appartenir à des femmes" (Le HuffPost et Tumblr partagent la même société mère, Oath). Cette mesure sonne pour Tumblr la fin d'une époque: des années où pornographie et contenus érotiques de qualité, centrés sur les femmes et leurs désirs, pouvaient s'y développer librement et en toute discrétion.

"Tumblr nous permettait à tous ― et particulièrement aux femmes — de sélectionner nous-mêmes les stimuli visuels sexuels de notre choix", explique la coach et professeur d'éducation sexuelle Elle Chase, ancienne propriétaire du blog Lady Cheeky (lors de sa première interview donnée au HuffPost américain, fin 2015, son compte Tumblr totalisait plus de 140.000 followers). "Nous avions le contrôle sur le type de pornographie que nous souhaitions consommer, car [le site] nous donnait la liberté d'exprimer notre goût pour n'importe quelle création qui nous paraisse excitante."

Dans une déclaration postée sur le blog de Tumblr quelques jours après la décision d'Apple de retirer le site de son App Store, son PDG Jeff D'Onofrio élude les inquiétudes suscitées par la disparition de ces contenus en citant tous les autres sites ouverts à leur production et à leur diffusion:...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post