Vers la fin de l'isolement ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

De Costa do Sauipe
“Un moment historique”. C’est par ces mots qu’ont débuté (ou conclu) tous les commentaires après l’adhésion de Cuba, le 16 décembre, au Groupe de Rio, l’organisation créée en décembre 1986 pour promouvoir une meilleure coopération entre les pays d’Amérique latine. Tous les chefs d’Etat participant à ce sommet ont évoqué leur solidarité avec Raúl Castro. De son côté, Luiz Inácio Lula, le président du Brésil, a ajouté que la victoire de Barack Obama serait véritablement un événement historique le jour où il “mettra réellement fin à l’embargo qui pèse sur Cuba et qui ne se justifie plus économiquement ni politiquement”. Cuba avait été expulsée de l’Organisation des Etats américains (OEA) en 1962 sous la pression des Etats-Unis. La crise des missiles, du 16 au 26 octobre 1962, avait marqué le début d’une politique d’isolement appliquée presque à l’identique par tous les gouvernements américains.

L’adhésion de Cuba au Groupe de Rio n’est pas le seul succès récolté par le président cubain pendant ce quadruple sommet [le MERCOSUR, marché commun sud-américain ; le premier sommet des pays d’Amérique latine et des Caraïbes ; le Groupe de Rio ; et, enfin, l’UNASUR, l’Union des nations sud-américaines]. Les hauts représentants des 33 pays réunis pour le Sommet de l’Amérique latine et des Caraïbes ont aussi officiellement demandé la levée du blocus américain contre Cuba, principale revendication de la diplomatie cubaine.

L’adhésion de Cuba au Groupe de Río et la participation du président Raúl Castro aux sommets régionaux qui ont précédé marquent un changement dans les règles du jeu de la diplomatie latino-américaine. En ouvrant, le 16 décembre, le sommet du MERCOSUR, où Raúl Castro était reçu en tant qu’invité, le président Luiz Inacio Lula da Silva, principal promoteur de la réintégration de Cuba dans les relations régionales, a rappelé “l’importance que revêt sa présence pour nous tous”. “C’est la première des nombreuses réunions où nous vous compterons parmi nous”, a-t-il insisté. Il a ajouté que c’était la première fois que tous les pays au sud du Rio Bravo se réunissaient “au complet et sans présence extérieure à la région.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles