Fin de l’objectif de réduction du nucléaire, durcissement des sanctions pour les intrusions dans les centrales : que contient le texte du Sénat ?

Le Senat, Paris.
Le Senat, Paris.
  • Suppression de l’objectif de réduction du nucléaire dans le mix électrique à 50 %

Cela ne devait initialement pas faire partie des débats de ce projet de loi, qui « n’est pas une loi de programmation », ont inlassablement répété Agnès Pannier-Runacher et son cabinet durant tout le parcours de ce texte au Sénat. Pourtant, la majorité sénatoriale, très attachée à « la filière » ne l’a pas entendue de cette oreille, et a estimé que la relance du nucléaire ne pouvait passer que par des mesures techniques et nécessitait un « signal politique. »

Il faut dire que le débat était mal emmanché à quelques mois de la révision de la programmation pluriannuelle de l’énergie au Parlement. Agnès Pannier-Runacher a plaidé « l’anticipation » de difficultés techniques rencontrées par EDF et par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), avant une discussion de plein droit sur le futur des politiques énergétiques françaises à l’été ou l’automne prochain. Mais la majorité sénatoriale, tout comme la gauche, ont dénoncé la méthode du gouvernement sur le sujet, qui a d’abord fait voter des mesures techniques d’accélération des énergies renouvelables, puis du nucléaire, avant même de fixer ces objectifs dans la loi. Quoi qu’il en soit, la droite sénatoriale a fini par supprimer du code de l’énergie cet objectif de réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique à 50 % en 2035, malgré la tentative de conciliation de la ministre de la Transition énergétique.

Agnès Pannier-Runacher a en effet tout de même proposé en séance un amendement différent du texte initial, qui modifie le code de l’énergie en affirmant que l’objectif des politiques énergétiques doit être de « diversifier le mix électrique en visant un meilleur équilibre entre le nucléaire et les énergies renouvelables. » La ministre a par ailleurs fait remarquer à la majorité sénatoriale que, selon RTE, la part de (...) Lire la suite sur Public Sénat

Réforme des retraites : comment la majorité sénatoriale se prépare à l’examen d’un « monstre législatif »

Recours à l’article 47-1 pour la réforme des retraites ? « Ça dépendra des oppositions », répond Franck Riester

Retraites : « Les femmes sont pénalisées par le report de l’âge légal », reconnaît Franck Riester

Réforme des retraites : « Il y a des améliorations qui sont possibles », prévient Élisabeth Borne, avant l’examen au Parlement

Sécurité des JO 2024 : « Nous prenons un risque majeur en n’utilisant pas la reconnaissance faciale », alerte Marc-Philippe Daubresse